[VERTIGE] fait à sa manière samedi 27 juin dès 15h!

Vertige en forêt dès le samedi 27 juin

Rendez-vous samedi 27 juin, dès 15h dans la forêt du Camping Namasté à Puysségur 31480, pour une promenade photographique un verre à la main en compagnie des photographes de [VERTIGE].

Un parcours photographique de Saragosse à Constanta en passant par Liverpool et Hambourg.

 

VERTIGE expose cet été en foret à Puysségur 31480

Un parcours photographique dans la forêt !

Cet été venez visiter une rétrospective des quatre expositions sur les villes d’Europe: Saragosse, Liverpool, Hambourg et Constanta dans la forêt du Camping Namasté – Puysségur – Occitanie.

Rétrospective virtuelle…

Cinq de mes photos qui étaient dans les expositions annuelles avec Vertige depuis 2002: AlterVision, IndusTrips,RêvEnStock, Zaragoza,EtranGisme.!…

Retrouvez toutes les expos sur le site de Vertige: http://photovertige.free.fr/

Retrouvez Vertige sur Facebook

 

 

Une image, une histoire !

Ateliers d’écriture animés par Marie Gana avec les photographies de Joël Arpaillange. 

Marie Gana, auteure de roman et scénariste, anime des ateliers d’écriture en France en Belgique et en Suisse. Depuis ce début d’année, elle propose, en collaboration avec Joël Arpaillange, dont elle apprécie tout particulièrement le travail, des ateliers sur le thème de « la Relation ». Elle y propose de nombreuses photographies , pour progresser dans l’écriture avec un support visuel.

Voici quelques textes imaginés et travaillés durant les Ateliers d’écriture dont le thème était « la Relation » avec un être ou un objet.

Christine Van Steen  à partir de « Les tambours de Doudou N’Diaye Rose »  Dakar 1986

(Photo extraite de l’exposition « La fête Africaine »)

« Les tambours de Doudou N’Diaye Rose »  Dakar 1986

Décrire la photo après l’avoir regardée un temps puis retournée.

«  C’est la fête dans un village d’Afrique, en noir et blanc… Une haie de spectateurs assis au sol forme un cercle décrivant la scène à même la terre. Ce gradin dégradé, composé des plus petites têtes d’enfants au plus jeunes, jusqu’aux adultes,  ont le regard tourné vers cet ensemble de musiciens. Ceux-ci portent à la taille leur instrument, une sorte de jembé.
Au centre, à l’avant plan de la photo, le visage tourné vers le photographe, un homme tout habillé d’un blanc éclatant, longiligne, d’une minceur et d’une taille impressionnante. Son visage ouvert arbore un sourire large déployant sa denture d’une blancheur contrastant avec sa peau noire. La joie de la fête se lit sur son visage jusque dans le sourire des yeux.
Il frappe de ses mains agiles, la peau claire de son instrument avec une telle rapidité que la vision de ses mains est floue. Les autres musiciens sont là, … »

Christine Van Steen

 

Patrick Ralichon à partir de « Angélus, Louis-Jean » Peyrillac 1980

(Photo extraite de l’exposition « Au siècle dernier. Portraits »)

Louis-Jean M. Peyrillac 1980

C’est un vieil homme, sans doute fermier, qui se tient droit, appuyé sur une fourche,  près d’une cabane en bois. Le sol est jonché de pailles et l’homme se trouve devant une sorte de verdure qui paraît encore sauvage. Le tout semble dater d’il y a une cinquantaine d’années. Sa posture me fait penser à quelqu’un qui symbolise la maîtrise de son métier, il semble faire corps avec son outil qui, même ancien semble bien plus robuste, « fidèle », que bien d’autres plus récents, en tout cas, pour lui-même. Bien que je puisse imaginer  la rudesse de sa profession, ayant sculpté les traits de ce personnage,  son attitude  ne montre pas la pénibilité qu’impose son environnement.

« Voyez, cette fourche m’aide à travailler autant que j’aide à son utilité. Mais elle m’aide aussi à me reposer. Elle semble vieille, mais toujours réparable, pour peu que j’en prenne soin, avant chacune de ses poses….

Peut-être est-ce simplement un vieil homme dans un jardin, occupé à son loisir de retraité, mais sa façon d’être, me persuade qu’il a travaillé dur, et le paysage que dessine cette silhouette de la campagne, faisant un avec la terre et son outil, n’apparaît-il pas comme une scène de prière aux éléments de la nature ?

Patrick Ralichon

Une image, une histoire !

Ateliers d’écriture animés par Marie Gana avec les photographies de Joël Arpaillange. 

Marie Gana, auteure de roman et scénariste, anime des ateliers d’écriture en France en Belgique et en Suisse. Depuis ce début d’année, elle propose, en collaboration avec Joël Arpaillange, dont elle apprécie tout particulièrement le travail, des ateliers sur le thème de « la Relation ». Elle y propose de nombreuses photographies , pour progresser dans l’écriture avec un support visuel.

Voici quelques textes imaginés et travaillés durant les Ateliers d’écriture dont le thème était « la Relation » avec un être ou un objet.

Christine Van Steen                                                                           à partir d’ « Adrien S. Pechpialat 1977 »

(Tiré de l’exposition « Au siècle dernier. Portraits« )

Adrien S. Pechpialat 1977

Travail sur l’inconscient collectif, découvrir quelle analogie se cache dans ce tableau-photo.

Le terroir :

La terre, belle nature sauvage, florissante, fertile, lourde et légère à la fois… L’homme de la terre, labouré lui-même par celle-ci, enraciné en elle tel l’arbre duquel il cueillera le fruit. Il le transformera pour le redonner à la nature… La nature sous toutes ses formes, l’ami fidèle compagnon, soutien l’homme de sa présence infaillible.

Christine Van Steen

Patrick Ralichon                                                                                    à partir de  « Jeu de cartes à Fadiouth »

(Tiré de l’exposition « Sénégal, mosaïque de peuples« )

Jeu de cartes. Fadiouth.

Travail sur le souvenir : une image vue seulement quelques instants. 

Ce que j’ai cru voir :

Une petite table basse en bois, sur laquelle sont disposées quelques cartes à jouer.

De part et d’autre  de cette table, deux hommes assis sur une chaise plus haute que celle-ci.

Le parterre est de sable, ou terre battue, le lieu est dénué de tout meuble, objet et décoration. Il semble appartenir à des gens pauvres en bien. Ces hommes semblent concentrés, mais forment comme un duo de l’oubli de la rudesse de leur vie. Entre la silhouette des deux hommes, un petit enfant apparaît, semblant  jouer, en marchant paisiblement, ou se diriger vers quelque part dans une autre pièce. Il y aurait donc une famille ? Est-ce que ce lieu lui appartient ?

Derrière  l’homme de droite, on entrevoit le dos d’un autre personnage qui fait sûrement partie d’un autre duo de joueurs.

Pourquoi cette photo m’évoque -t- elle  une certaine tristesse ?

Par ce que j’ai cru voir bien trop vite. En effet, certes, la table n’en est pas une, c’est un banc  qui sert aussi de table. Qui sait sa longueur, et combien de joueurs se sont confinés sur cette planche ? mais les deux homme ne semblent pas pauvres du tout. Ils sont bien habillés, élégants et l’un deux porte une montre et une bague de valeur (Je ne suis plus sûr de quels bijoux). Souvent, par ces a priori  tenaces que nous portons en nous, issus de pays dit développés,  nous nous éloignons  de la simple réalité qui est pourtant sous notre nez. J’y ai mis ma propre tristesse dans ce décor où la majeure partie de ces gens n’ont peut-être pas grand-chose par rapport à nous,  mais ont en eux le plus important, l’essentiel…

Patrick Ralichon

 

Expo Photo « 11 mois, 11 photographes » au Cactus en mars

Expo photo dans le cadre de

« 11 mois, 11 photographes »

Michel Senguyen

présente

« La MER Des Tritus »

Vernissage Jeudi 5 mars 2020 à 19 h

 

La mer détritus. S’en amuser ? C’est plus marrant qu’en pleurer. 

Photographier avec du sable entre les dents, du vague dans les oreilles, des plastiques sous les doigts de pieds. 

Changer les optiques qui agrandissent nos angles. Pas morts. Pas encore.

Bar Brasserie Le Cactus                                                                    13 boulevard Lascrosses  TOULOUSE

Entrée libre et tout public

Tous nos concerts du dimanche sont gratuits, débutent à 19h30 et se terminent à 22h.

dimanche 23 février : Karpouzi mon amour : rock grec oriental
dimanche 1 mars : le petit Orléans : jazz New Orléans et biguinesdimanche 8 mars : Winder duo ( rock)
dimanche 15 mars : Don Joe Rodéo Combo (rock)
dimanche 22 mars : Nomad Frequencies (électro cumbria)
dimanche 29 mars : The Basset Band ( ska rock)
Dimanche 5 avril : Bernardo Sandoval et Serge Lopez ( flamenco rock…)

Les Actualités Locales au Cinéma de Gourdon

François Stuck d’Idétorial a réalisé

pour les actualités locales au cinéma de Gourdon:

Rencontre avec Joël Arpaillange partie 02 – ALC Gourdon 76

Joël Arpaillange est photographe. Dans les années 1980, il a photographié les foires aux bestiaux qui se tenaient encore dans les rues de Gourdon. Nous avons rencontré deux personnes qui sont présentes sur les images d’Arpaillange. Le temps devient histoire pour ceux qui croisent ces photographies qui ne figent rien mais bien au contraire sont comme un surgissement.

Expo Photo « 11 mois, 11 photographes » au Cactus en février

Expo photo dans le cadre de

« 11 mois, 11 photographes »

Stefano

présente

«  HALLALI  »

Vernissage: Jeudi 6 février à 19 heures.

«  »Ha la ly »… « Haler » pour exciter, « à lui » pour le, la suivre sans faiblir. Signe de l’animal poursuivi aux abois, auparavant au son du cor, désigner sa mise à mort… Cette série date de 2013, réalisée en forêt de Grésigne entre les vallées de l’Aveyron, de la Vère et du Cérou. D’opportunisme et de passe-droit accompagné de mon papy Rolleiflex, ce dernier m’ouvrit les accès le temps d’une journée. Accès à une foret domaniale certes publique mais où les indiscrétions extérieures qui figeraient gênent le long de ces kilomètres parcourus. Gêne d’autant plus croissante qu’au-delà de la mise à mort, la curée elle, se pratique normalement, bien loin des regards inconnus. J’ai longtemps laissé de côté cette série. Je trouvais au sujet un parallèle criant à notre société actuelle sans en souhaiter le murissement. Son exposition n’est du coup pas le meilleur des signes sur cette vue métaphorique. Volontairement, elle est exposée de la mise à mort aux premières heures du jour. Elle impose ainsi la finalité première ; accompagnée d’épuisement, souffrances, où l’endurance est mise à rude épreuve. Le plus souvent pour aboutir à la mort. Les apparats, belles tenues, communications associées sont à leur juste titre et place à la fin en tant que forme. Ils ne peuvent plus servir le discours à contrario du fond et des faits. Tels qu’ils sont…

« Halali », en son du cor, pour notre propre réveil.

Bar Brasserie Le Cactus                                                                    13 boulevard Lascrosses  TOULOUSE

Entrée libre et tout public

Tous nos concerts du dimanche sont gratuits, débutent à 19h30 et se terminent à 22h.

dimanche 26 janvier : Francois Petit et Serge Lopez : musiques du monde
dimanche 2 février : Pepe Montealegre : flamenco jazz
dimanche 9 février : Rémi M and Son: blues du Berlou
dimanche 16 février : La Renifle et la Cogne : duo accordéon et batterie
dimanche 23 février : Karpouzi mon amour : rock grec oriental
dimanche 1 mars : le petit Orléans : jazz New Orléans et biguines

Expo Photo « 11 mois, 11 photographes » au Cactus en janvier

Expo photo dans le cadre de

« 11 mois, 11 photographes »

MAYA PAULES

présente

DIEMOCRATIE

Vernissage mercredi 8 janvier 20020 à partir de 19h

 

Diemocracie est une série réalisée lors des révoltes sociales qui ont agité le pays depuis décembre 2018. Chaque samedi, j’ai photographié les manifestations des Gilets Jaunes, des Gilets Noirs, les marches et les occupations de ceux qui s’organisent pour une justice sociale, écologique et migratoire. Alors que beaucoup d’images sont produites pour documenter cette insurrection en marche, je refuse toute position d’extériorité. La présente série s’organise au contraire comme un journal des émotions qui me traversent lors de ces moments collectifs. L’ensemble des figures, des postures et des scènes – même lorsqu’elles sont isolées – s’inscrivent toujours dans quelque chose qui les dépasse : un collectif en train de se faire, dans la relation, dans l’opposition. Mes photographies font écho à mes angoisses, à mes peurs reptiliennes, mais aussi et surtout à ma rage de témoigner. J’ai saisi un monde de l’intérieur, à travers ses affects, et mes images fonctionnent comme un miroir à la fois intime et commun. C’est une colère sourde qui s’élève, une rumeur de fin d’un monde: je souhaite que mes photographies attestent de ce point de bascule historique qui a pris acte dans nos vies et qui s’incarne dans la rue.

Bar Brasserie Le Cactus                                                                    13 boulevard Lascrosses  TOULOUSE

Entrée libre et tout public

Tous nos concerts du dimanche sont gratuits, débutent à 19h30 et se terminent à 22h.

dimanche 5 janvier : Aurore Chevalier et Paul Bertrand (chansons françaises, compositions)
dimanche 12 janvier : les Jazz Goules (rock)
dimanche 19 janvier : Staretz (rock)
dimanche 26 janvier : Francois Petit et Serge Lopez : musiques du monde
dimanche 2 février : Pepe Montealegre : flamenco jazz

Bonnes fêtes !

Actualités Locales au Cinéma de Gourdon

     A partir de ce mercredi 4 décembre, et pour un mois, les Actualités Locales au Cinéma l’Atalante de Gourdon seront dédiées aux foires aux bestiaux à Gourdon dans les années 80. François Stuck d’Idétorial a interviewé Gilles Capelle et Guy Maillé, deux anciens marchands de bestiaux afin qu’ils nous racontent ce passé, en repartant de mes photos de l’époque.

Vous saurez pourquoi les marchands courent en ce début de foire aux jeunes veaux, et bien d’autres choses!…

Pour en savoir plus:

https://idetorial.fr/les-actualites-locales-au-cinema/

https://arpaphoto.wordpress.com/foires-aux-bestiaux-gourdon-1980/