365 jours chez les épouvantails

Un épouvantail jeté par le vent dans les fils d’une vigne périgourdine l’hiver, fut pour moi le déclic.

C’est ainsi que j’entrai dans le monde fantastique des épouvantails et que j’essayai de fixer sur ma pellicule la personnalité de chacun d’eux, telle que je la percevais.

Ils s’animaient pour moi d’une vie propre, dont je voulais que témoignent mes images, et je vous laisse imaginer…

Les prises de vues ont été faites sur une période d’un an, sans aucune intervention de ma part sur les épouvantails.

Exposition de 35 tirages argentiques présentés sous cadres 30*40 cm

Publicités