« Foires aux Bestiaux GOURDON 1980 »

« Foires aux bestiaux, Gourdon 1980 »

Ces photographies ont été prises lors des foires de Gourdon en août et septembre 1980. Elles font partie d’un reportage  réalisé entre 1974 et 1984 sur le monde rural entre Bouriane et Périgord. Il s’agit d’un témoignage sur des modes de vie qui commençaient à disparaitre et qui souvent aujourd’hui n’existent plus : la fabrication du pain et le cochon tué à la ferme, l’énoisage, la culture du tabac brun, les vendanges, la traite des vaches et des brebis…

Jusque vers le milieu des années 80, deux fois par mois, se tenait à Gourdon une foire aux bestiaux. Quatre foirails s’installaient dans le centre-ville les  premiers et troisièmes mardis du mois.

Sur le boulevard Galliot de Genouillac, près de la bascule, se trouvait la foire aux jeunes veaux. Les transactions étaient interdites tant que le garde-champêtre n’avait pas donné le signal marquant le début du marché. Les maquignons qui étaient rangés en ligne sur le trottoir d’en face, devant le Crédit Agricole, se précipitaient, au coup de sifflet de l’autre côté du boulevard, se ruant pour attraper la queue du veau qu’ils avaient repéré !

Un peu plus loin sur ce même boulevard, en face du magasin Cabrié et de l’hôtel de la Promenade, le foirail aux bovins était installé à l’ombre des arbres. Les transactions pour l’achat des vaches laitières ou des génisses étant très longues, il n’y avait pas de signal de départ du marché.

Enfin, toujours du même côté du boulevard, devant le magasin « Au noyer massif » se tenait le foirail aux ovins. Brebis et agneaux attendaient le début des négociations, à 9h30, lorsque le garde-champêtre retirait le drapeau planté au-dessus du panneau indiquant la date de la prochaine foire.

Le dernier foirail, celui consacré aux volailles se trouvait sous les marronniers derrière l’église Saint Pierre. A cette époque, le marché aux légumes s’installait devant, sur la place Saint-Pierre

Les années où la foire exposition se tenait à Gourdon, les foirails du tour de ville étaient délocalisés à l’étang de Laumel.

Impressions numériques PICTO Toulouse sur bâches HR et dibond.

Pour commander directement des tirages et les recevoir chez soi c’est ici : https://www.jingoo.com/client/key/352b61/d87699aa/

(Indiquer lors de la commande : papier mat et noir et blanc)

Site professionnel, chaque tirage est vérifié manuellement.

Publicités